Accueil du site > Bruicolages > Bois, métal et vent > Restauration d’une clar selmer métal (suite et fin)

Restauration d’une clar selmer métal (suite et fin)

Le 25 Clinamen 138 - Exit St Goya, alchimiste , par EricW

Je vous avais laissés sur le démontage et le nettoyage de cette clar. Voici la fin de l’aventure

Quelques menus soucis

Le début du remontage et du réglage a commencé par le corps du bas. Ça n’a pas été sans mal, surtout du côté de la pile de clés du petit doigt main droite. Entre le pied de biche de correspondance entre les clés 4,A et B, qui était tordu, et des clés faussées, probablement suite à un petit défaut de fabrication, le réglage de ces clés a été assez pénible, mais tout a fini par rentrer dans l’ordre. Une bonne partie des ressorts a été changée, les jeux rattrapés, et des tampons neufs posés (tampons en cuir pour les plus gros, en liège sinon.

Le corps du haut

Pas de problèmes particuliers sur le corps du haut : rattrapage des jeux, changement de quelques ressorts, et retamponnage intégralement en liège.

JPEG - 277.7 ko
Le corps du haut

Comme vous pouvez le voir ci-dessous, les ressorts ont été changés, même ceux qui étaient récents mais avaient été posés comme des gorets (rappelez vous de la photo de l’article précédent où le ressort dépassait allègrement de la boule...).

JPEG - 195.1 ko

Allez, deux autres clichés. C’est beau, le liège et le métal non ? Ah tiens au passage, les deux dernière cadences (10bis et 11) m’en ont fait voir de toutes les couleurs : les spatules de clé étaient tordues.

JPEG - 195.4 ko
JPEG - 231.1 ko

Le barillet réglable

Celui ci était un peu dur à manipuler. Il fonctionnait, mais pas de façon aussi fluide que sur la mienne. Allez hop, démontage, même si je n’aime pas trop manipuler la micro-vis qui bloque la bague d’arrêt. Voici la bestiole démontée.

JPEG - 231.4 ko
le barillet accordable démonté.

La dureté du fonctionnement s’expliquait fort bien par la présence de vieille graisse séchée. Donc j’ai commencé par nettoyer totues les pièces à l’acétone. Puis, un petit coup de graisse sur la partie coulissante.

JPEG - 163.8 ko

On peut alors remonter le tout, et remettre la @%#§ de micro-vis, qui acceptera de se visser à la troisième tentative.

JPEG - 195.6 ko
JPEG - 196.3 ko

Pour finir

Ben pas grand chose à ajouter en fait. Un petit cliché final peut-être ? (avec un merveilleux effet de flou à la David Hamilton, mouahahah, d’ailleurs vous pourrez le voir sur d’autre photos, c’est juste parce que j’ai mis mon gros doigt bien pourri sur l’objectif, je m’en suis rendu compte après).

JPEG - 348.3 ko
C’est fini !

2 Messages de forum

  • Bonjour,

    J’ai trouvé la suite et fin de cet article. Merci pour ce récit très intéressant !
    Pouvez-vous me dire comment vous rattrapez le jeu des clés ?
    Merci d’avance.

    Pierre

    • Bonjour.

      Si j’en crois votre pseudonyme vous fréquentez le forum clarinette.net ;o)

      Alors pour le jeu ça dépend du type de clé : si c’est une clé avec une vis traversante, il faut écrouir le tube à chaque extrémité avec une pince à écrouir, et dresser le bout de tube écroui pour qu’il redevienne droit avec une fraise adaptée, comportant un pilote qui rentre dans le tube.

      Pour les clés utilisant des vis à pointe : la technique orthodoxe consiste à fraiser un peu la boule pou que la tête de vis rentre un peu plus dedans. Ainsi la pointe avance un peu plus loin. Evidemment il ne faut pas jouer trop souvent à ce petit jeu, sous peine de passer à travers la boule ...
      C’est la technique que j’ai utilisée sur cette clar car visiblement personne ne n’avait fait, donc j’avais une certaine marge de manoeuvre.

      Personnellement j’ai une technique non orthodoxe, consistant à mettre dans le bout de l’axe une petite boulette de ruban téflon. Il s’avère que ça tient très bien dans le temps, et quand le téflon s’est trop tassé, on en remet du neuf ! :o)

      Eric

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0